le comportement des animaux

Discutant avec mes amis, on s’est rendu compte que nos maîtres ont souvent du mal à nous comprendre. Si de notre côté, on arrive à déchiffrer leurs attitudes, eux sont souvent perdus face à nos comportements!

Il est vrai qu’on aime les écouter raconter leurs histoires… ça nous berce… c’est plaisant!
Mais à vrai dire, nous, on comprend pas tout ce qu’ils disent! C’est pareil avec ma 2 pattes lorsqu’elle me parle certains jours…J’aime beaucoup, on se regarde et je l’écoute….. Mais je comprends rien de ce qu’elle me dit!
Elle le sait pourtant, mais elle continue quand même… Si ça peut lui faire plaisir…

Nous autres, nous communiquons plus souvent par gestes. C’est moins bruyant, et c’est plus directe. Si on croise un congénère qui nous plait pas trop, nous ne ferons pas de longs discours, un regard sera souvent suffisant…
Les 2 pattes doivent comprendre que leurs mots sont du « chat » pour nous… Notre compréhension se base plus particulièrement sur l’intonation mise sur les mots et les gestes qui les accompagnent. Car le discours: « qu’est ce que tu as fait? C’est pas bien du tout tu sais? Maman n’est pas contente du tout?« …. c’est joli…. mais franchement on en comprend pas la moitié! Certains diront, que nous baissons la tête, que l’on comprends… ben, non. Le corps droit et d’une voix ferme, sur un ton grave: »NON! » …Là on comprend mieux, on se rapproche de notre mode de communication. Un dominant, pour se faire respecter, se tiendrait bien droit, de manière à se grandir, et son unique grognement suffira.
Notre gestuelle est complexe, je vous l’accorde, mais un minimum d’observation peut permettre d’en comprendre les fondements; je vais essayer d’expliquer tout cela:

Afin, de comprendre nos attitudes il est important de prendre trois choses en considération: la tête, le corps et la queue.

*Lorsqu’on est angoissé, craintif face à une situation, on aura tendance à diriger notre queue entre nos pattes légèrement fléchies pour se faire plus petit, incliner la tête et les oreilles et éviter le regard « de l’autre ». Mais on peut, également par peur, montrer les dents et grogner. Alors faites attention à nous quand on est effrayé… on ne contrôle pas nos mâchoires… Ce n’est pas de la méchanceté, ni du manque de respect… juste de la frayeur…

*Si on est dominant on fera en sorte de paraître plus grand, nous tenant bien droit sur nos membres, notre tête et queue en position haute. Et si on veut impressionner notre adversaire on remue un peu notre queue horizontalement, toujours maintenue en haut… Comme ça on montre qu’on est sûr de nous!
Par contre si celui qui est en face ne s’incline pas tout de suite, on s’avance le regard fixe, l’allure toujours la plus haute possible, jusqu’à hérisser nos poils (si on peut en gagner quelques millimètres…). Là, les mimiques deviennent sévères et menaçantes… Ioldy en a déjà fait les frais… euh moi aussi je l’avoue! Si on arrive à faire suffisamment peur par nos grognements, l’autre se soumettra… sinon! Aïe! on en arrive aux pattes!
Tout ça pour une question de dominance! (les 2 pattes peuvent comprendre, y en a beaucoup qui sont pareils!) Alors on bagarre! Souvent on fait plus de bruit que de mal… je vous rassure! Les crocs claquent, on se lève sur nos pattes arrières, toujours dans l’idée de paraître plus grand et de pouvoir écraser l’autre. Au bout d’un moment, l’un de nous s’épuise et doit s’avouer vaincu… Pour ça on se place sur le dos, montrant notre soumission. Le dominant reste dessus, continuant de grogner pour s’assurer que le vaincu ne se relèvera pas… Puis il s’éloigne tranquillement, gardant un œil sur son nouveau subalterne qui a plutôt intérêt d’attendre encore quelques secondes pour se remettre sur ses pattes (et se faire oublier…)!

*La soumission est un code canin qui est des plus importants pour nous, il peut en valoir notre survie lors d’une bagarre… C’est une chose que nous apprenons dès notre plus petite enfance, auprès de notre mère, frères et sœurs. A peine sortie du ventre de notre maman… qu’elle nous met au pli! Car c’est pendant notre toilette qu’elle met en place cette attitude, elle nous fait rouler sur le dos afin de nous léchouiller le bidou… et durant notre développement elle nous fera comprendre que c’est de cette façon que l’on met fin à un conflit. Et on le met très vite en pratique lors des jeux entre chiots… chacun sont tour dominant puis dominé, on fait l’apprentissage de tous nos codes… Mais gare à celui qui ne respecte pas la règle… Si on stoppe pas nos crocs lorsque le camarade de jeu se met en soumission…. Maman est là pour nous remettre en place… et là on comprends très vite ce qu’il faut faire… je vous l’assure!

– Parfois les bagarres durent, pouvant aller jusqu’au sang… Mais là, il faut voir un problème accrut de dominance chez les 2 chiens, ou alors un auto-contrôle qui n’a pas été acquis chez un des chiens ce qui empêche de mettre fin au combat. Ce problème d’auto-contrôles, je vous en parlerai à l’occasion dans un article spécial…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *